Connexion

Mot de passe oublié ?
23 octobre 2007

Lancement d’une politique environnementale

L’industrie maritime va plus loin

Québec, le 23 octobre 2007 – L’industrie maritime québécoise et canadienne continue de se démarquer en lançant officiellement aujourd’hui sa propre politique environnementale qui appelle au dépassement des entreprises œuvrant dans le milieu. Cette politique, qui couvre le corridor du Saint-Laurent et des Grands Lacs, est une première du genre en Amérique du Nord et compte déjà parmi ses participants plus de 25 leaders représentant la majorité de l’activité maritime dans ce couloir.

L’Alliance Verte a été fondée par sept associations de l’industrie maritime du Saint-Laurent et des Grands Lacs du Canada et des États-Unis, qui ont décidé de réduire davantage leur « empreinte environnementale » en agissant autour de six grands enjeux propres à leurs activités : espèces envahissantes aquatiques, émissions atmosphériques polluantes, gaz à effet de serre, résidus de cargaison, rejets d’eaux huileuses, nuisance autour des activités portuaires (bruit, poussière, odeurs et lumière).

Pour Gerry Carter (Canada Steamship Lines), l’un des trois coprésidents de l’Alliance Verte, la grande variété des activités de cette industrie (ports et terminaux, armateurs domestiques et internationaux, compagnies d’arrimage, chantiers maritimes et Voie maritime du Saint-Laurent) représentait un défi de taille qui a été surmonté avec succès. « Chaque entreprise qui participe à la politique, le fait sur une base volontaire et entre dans un processus de certification. Elle doit elle-même proposer ses défis environnementaux et le plan d’action qui s’y rattache. Ainsi, il pourra s’écouler un an avant que les participants à la politique ne soient reconnus officiellement certifiés selon une échelle qui va du respect de la réglementation en vigueur, jusqu’à l’excellence de leurs pratiques. »

« Cette certification de l’Alliance Verte une fois obtenue fera certes une différence au sein de l’industrie et de ses nombreux partenaires », a pour sa part affirmé Terry Jonhson, aussi coprésident de l’Alliance Verte (Saint Lawrence Seaway Development Corporation). « Nous voulons que la certification s’impose et devienne une norme et un incitatif supplémentaire à choisir le transport maritime, déjà reconnu comme performant sur le plan environnemental. »

Pour Laurence G. Pathy, troisième coprésident de l’Alliance Verte (Fednav Limitée), cette volonté de dépassement déborde de l’industrie maritime, interpelle tout le monde, et incite à la collaboration de tous : dirigeants, employés, syndicats, fournisseurs, organismes environnementaux, gouvernements, population. « C’est un choix que nous avons fait, puisque la solution aux défis environnementaux demeure la somme des efforts et de l’implication de tous. C’est pourquoi la politique environnementale reconnaît officiellement ses partenaires et supporteurs multiples en les autorisant à afficher le logo de l’Alliance Verte. »

D’ailleurs, le site Internet (www.AllianceVerte.org) permettra, en toute transparence, de suivre la performance de chaque entreprise, une fois sa certification officielle obtenue. « Nous pensons qu’en rendant des comptes sur nos actions, ceux qui ont l’environnement au cœur de leurs préoccupations encourageront notre industrie dans ses efforts de dépassement », poursuit Laurence G. Pathy.

Retour aux nouvelles