24 avril 2020

Le Port de Seattle étudie les avantages de la restauration par le carbone bleu

Le carbone bleu – la capacité des plantes marines à emprisonner le carbone de l’eau de mer et à le transférer dans les sédiments – sera au centre de nouvelles recherches impliquant le Port de Seattle. Les commissaires du port ont approuvé des accords avec les ministères de l’Écologie et des Ressources naturelles de l’État de Washington pour le projet de carbone bleu à Smith Cove.

Le projet pilote vise à évaluer dans quelle mesure le varech et la zostère transplantés au large des rives du parc Smith Cove peuvent séquestrer le carbone pour réduire l’acidification des océans liée aux concentrations de carbone. Les scientifiques marins et les responsables du port utiliseront l’étude pour évaluer les techniques de restauration et d’amélioration de l’habitat aquatique essentiel dans les zones urbaines des baies.

Couvrant initialement une zone de 25 acres (10 hectares), le projet fait partie d’un effort régional visant à évaluer comment six sites différents peuvent être bénéfique pour la santé écologique de la mer des Salish. La collecte des données devrait commencer cet été ou cet automne. Le ministère des Ressources naturelles est chargé de surveiller la qualité de l’eau, l’acidité de l’eau de mer (pH) et la survie des mollusques, ainsi que d’entretenir et réparer les capteurs de qualité de l’eau et d’autres équipements sur place.

Retour aux nouvelles
Le Port de Seattle étudie les avantages de la restauration par le carbone bleu
Tweets by GMarine_AVerte