1. Accueil
  2. S'informer
  3. Nouvelles

Q&R avec Julie, chargée des communications

16 septembre 2022

Julie Turmel s’est jointe à l'équipe de l'Alliance verte en tant que chargée des communications en novembre 2020. Avant de rejoindre l'Alliance verte, elle a travaillé au Port de Québec, en tant qu’agente aux communications. Elle est titulaire d'un baccalauréat en communication publique de l’Université Laval.  

Son rôle au sein de l'Alliance verte est diversifié! Elle collabore aux différents projets de communications internes et externes de l’organisation, que ce soit dans la production de l’infolettre, la gestion du site Web et la coordination des médias sociaux ou le soutien aux membres. Elle appuie toute l’équipe pour tout ce qui concerne les communications et participe de près à la logistique de GreenTech.

Q : Qu'est-ce qui t'a attiré vers le domaine des communications, et plus particulièrement dans l’industrie maritime?

R : Étant la dernière de ma famille, mes choix ont souvent été influencés par mes sœurs et frère. Bien que je sois native de Sherbrooke, j’ai décidé de réaliser mon baccalauréat en communication publique à l’Université Laval, à Québec pour l'aventure de vivre par moi-même dans une plus grande ville. Je suis tombée en amour avec la ville, surtout pour le paysage maritime avec le fleuve et son accès au monde! Après mes études, j‘ai vu par hasard une offre d’emploi au Port de Québec : les responsabilités du poste, l’équipe de professionnels et l’environnement de travail au bord du Saint-Laurent m’ont séduit alors que je ne connaissais rien au maritime! C'est donc un heureux hasard que je sois arrivée dans cette industrie de laquelle j'ai beaucoup appris, mais qui détient encore tellement de secrets pour moi.

 

Q : Pourquoi as-tu choisi de travailler pour l’Alliance verte et qu'est-ce qui t’incite à y rester?

R : C’est avec ma passion grandissante pour le plein air que s’est développée ma curiosité pour la faune, la flore et l’environnement au sens large. Je me suis toujours dit que si j’avais à choisir une nouvelle profession, je ferais des études en environnement!

Lorsque je travaillais au Port de Québec, j’ai rapidement développé un intérêt pour les communications à propos des initiatives de développement durable du Port, en participant notamment à la création des différents contenus concernant le nichoir à hirondelles du port. Comme le Port de Québec est l’un des membres fondateurs de l’Alliance verte, j’ai été amené à communiquer à propos l'engagement du port dans ce programme de certification environnementale et je me suis rapidement intéressé à cette initiative volontaire de l'industrie.  

Puis j’ai rencontré Véronique Trudeau, qui travaillait à ce moment-là sur un mandat pour le Port de Québec avec qui je me suis bien entendu. Lorsqu’elle est partie travailler à l’Alliance verte en 2019 comme directrice de programme, je lui ai demandé de me tenir au courant si jamais un poste aux communications venait à se libérer... ce qui allait s’avérer moins d’un an plus tard! Depuis, plusieurs facteurs ont forgé mon sentiment d’appartenance à l’Alliance verte : la détermination de mes collègues à améliorer la performance environnementale de l’industrie, la chimie professionnelle et amicale que j’ai développée avec ma collègue Manon aux communications, l’accessibilité et l’écoute de mon patron, sans oublier la nouvelle « merch » de l’Alliance verte que je porte trop souvent! #represent

Q : En juin dernier, tu as pu assister – et organiser! – ton premier colloque GreenTech en personne après l’événement tenu virtuellement en 2021… que retiens-tu de cette expérience?

R : Que les événements virtuels n’équivaudront jamais ceux en personnes!

Qu’avec une bonne organisation, on peut réaliser de grandes choses avec peu d’effectifs!

Mon premier GreenTech a été en 2021, avec une version en ligne de la conférence. Ce fut plaisant à organiser et rempli de beaux défis comme le choix et l’apprivoisement de la plateforme événementielle. Toutefois, lorsqu’on est en virtuel, on a l’impression de faire face à davantage de facteurs qui sont hors de notre contrôle, comme la qualité de la connexion internet des conférenciers.

J’ai beaucoup aimé mon expérience pour cette dernière édition en 2022! L’organisation est allée rondement, grâce encore une fois, à notre organisation méticuleuse et notre travail d’équipe de feu! En novembre 2021, lorsque je regardais l’étendue des choses à faire pour organiser le colloque de juin 2022, je m’inquiétais de la faisabilité compte tenu du temps que nous avions pour sa réalisation. Aujourd’hui, je suis plus que confiante en nos moyens : l’équipe de l’Alliance verte est capable de déplacer des montagnes en prenant une bouchée à la fois.

Et bien sûr, j’ai beaucoup aimé faire la rencontre des personnes du réseau de l’Alliance verte, de mettre des visages sur des noms, et d’ajouter une troisième dimension aux visages connus.  

Q : Depuis ton arrivée en poste plusieurs projets de communications ont été développés, de quel aspect es-tu le plus fière?

R : Il faut dire que mon arrivée à l’Alliance verte a doublé le nombre d’effectifs de l’équipe des communications! En passant d’une à deux personnes dans l’équipe, les moyens et les possibilités de communications ont aussi doublé.

Nous avons donc pu bâtir un plan détaillé de communications de l’Alliance verte en 2021, planifiant ainsi les initiatives récurrentes et nos nouvelles idées, en fonction des objectifs de l’organisation. Ce plan de communication incluait notamment la refonte de l’infolettre – autant son visuel que son contenu – ainsi que la première campagne médias sociaux grand public à partager par les participants.

Sous ma responsabilité, ces deux initiatives se sont avérées des réussites et j’en suis très fière : nous reprenons même la campagne médias sociaux cette année tellement elle a été efficace en termes de communication avec le public. Je dois préciser que ces réalisations ont été possibles grâce à la grande confiance de Manon, une gestionnaire en or qui me laisse beaucoup de latitude et qui embarque souvent dans mes idées parfois un peu folles.

J'ai eu aussi beaucoup de plaisir à travailler en support avec Manon pour la refonte du site Web de l'Alliance verte, nous en sommes très contentes! Cet exercice a été très formateur : il a nécessité un important travail de minutie, une excellente organisation, une communication claire et efficace avec les fournisseurs et beaucoup (trop) de copié-collé!

Q : Qu’est-ce qui te permet de décrocher du travail et de maintenir un équilibre en dehors des heures de bureau?

R : J’ai la chance d’avoir un employeur qui prône un équilibre de vie sain! Durant la semaine, j’aime diversifier mon horaire de travail, par exemple en allant courir sur l’heure du midi, ou en allant travailler dans un café. Sinon, une fois mon ordinateur éteint à la fin de la journée, j’en profite souvent pour me dégourdir les jambes avec un peu de sport, comme en allant jouer au tennis ou au volleyball.

En général, j’essaie de profiter du grand air le plus possible, toujours bien accompagnée de mon copain, de ma famille, de mes amis ou d’une bonne bière de microbrasserie 😉!

Q : Si tu pouvais choisir un participant à qui rendre visite en personne, qui serait-ce et pourquoi?

R : Bien sûr chaque port a ses caractéristiques propres et intéressantes! Mais comme je dois en choisir un, je dirais le Port de Vancouver! Les communications et la transparence de ce port m’ont beaucoup inspiré dans mes dernières fonctions au Port de Québec. Donc en plus de visiter les installations à Vancouver, j’insisterais pour rencontrer son équipe de communications pour en apprendre plus sur leur fonctionnement et leur dynamique.